Samedi 17 novembre 2018

11h30 - Hôtel Mercure, Parc du Golfe – Vannes

"Un épisode oublié des Cent Jours : la petite Chouannerie en Morbihan".

Cette histoire est beaucoup moins sanglante que la première mais elle handicapa sérieusement les troupes de l'Empereur revenu de l'île d'Elbe et explique en partie la défaite de Waterloo.

Les chouans, dont les  élèves du collège Saint Yves, se battirent avec courage contre les  troupes impériales.

Mais tout se termina, après Waterloo, par une  grand-messe sur la Rabine où fraternisèrent impériaux et royalistes.
ENTREE LIBRE

Pierre Guillemot

C’est à la ferme de Kerdel en Bignan que naît Pierre Guillemot le 1er novembre 1759. Bien que propriétaires, ses parents tour à tour meuniers et cultivateurs ne s’y fixent pas. Marié, père de famille, fermier au Donnan en Plumelec et homme instruit, Guillemot ne semble alors pas hostile aux premiers idéaux de la révolution et est élu procureur-syndic de sa commune. En 1792, Pierre Guillemot revient avec sa famille exploiter la terre de Kerdel. Mais, dès mars 1794, au contact des officiers vendéens Defaÿ et Béjarry rescapés de la Virée de Galerne, il soulève tout le pays de Bignan et prend part à l’affaire de Mangolérian. Pourchassés, Pierre Guillemot et sa famille doivent abandonner cette ferme qui sera pillée et vendue comme bien national. Guillemot apparaît déjà comme le “ Roi de Bignan ”, un des principaux chefs chouans du Morbihan. Il sera chef de canton (1795) puis colonel (1798) et enfin adjudant général de l’armée catholique et royale commandant le Morbihan (1800). Il est surtout, après Georges Cadoudal, un des chefs les plus populaires de l’insurrection paysanne. Trahi, il est pris, jugé par une commission militaire et exécuté le 5 janvier 1805 sur l’esplanade de la Garenne à Vannes.

 

 

Afin que l’histoire du "royaume de Bignan" puisse être racontée à tous ceux qui  souhaitent la découvrir